Avec la montre Swatch Omega MoonSwatch « Mission to the Moon » au poignet

Avec la montre Swatch Omega MoonSwatch « Mission to the Moon » au poignet

Qui aime l’automobile aime les montres, c’est souvent ainsi. Et comme j’aime l’automobile, j’aime les montres. Et d’autant plus quand on est copilote, le maître du temps dans l’habitable d’une voiture de rallye. Cette montre-ci je l’ai attendu patiemment, comme la plupart de mes montres d’ailleurs. Ce chronographe est arrivé en début de semaine, plus de neuf mois après sa mise en vente officielle. En effet, je m’étais dit qu’elle devait rejoindre ma petite collection, mais vu la valeur qu’a prise cette Moonswatch depuis son lancement, j’allais attendre un peu. Sans même l’avoir vu, hormis rapidement en boutique Swatch où elle était indisponible à la vente, j’ai pu me la procurer en Italie, à un bon prix raisonnable vu l’envolée des prix globaux. Vendu en magasin aux alentours de 250€, on l’a parfois vue à plusieurs milliers d’euros (!), et on la voit encore à plus de 500€ à la revente. Il était hors de question de céder au chant des sirènes des spéculateurs et c’est à environ 300€ que j’ai pu me procurer de cette montre Omega-Swatch qui a fait couler tant d’encre.

Moonswatch : une montre, onze couleurs, onze planètes

On a marché sur la lune

Avec cette montre, Swatch a véritablement défrayé la chronique. La collection Moonswatch, ce ne sont pas moins de 11 couleurs pour 11 planètes disponibles. Onze chronographes au choix, ainsi répartis, à noter qu’il s’agit des descriptions commerciales proposées sur le site de Swatch :

– Mission to the Sun : La star de la collection au brossé soleil doré
– Mission to Mercury : Un hommage au messager ailé le plus rapide de la mythologie, en gris foncé.
– Mission to Venus : Célèbre la planète de l’amour en rose poudré avec des compteurs ronds.
– Mission on Earth : Célébration de notre précieuse planète en bleu et vert
– Mission to the Moon : Modèle au design et aux dimensions exactes de l’Omega Speedmaster Moonwatch
– Mission to Mars : Montre rouge flamboyant avec les aiguilles du « Alaska Projet »
– Mission to Jupiter : Montre de collection de couleur bronze avec l’aiguille des secondes de l’« Ultraman » orange
– Mission to Saturn : Montre d’un beige élégant avec les anneaux de Saturne à 6 heures
– Mission to Uranus : Hommage bleu pâle au dieu grec du ciel
– Mission to Neptune : Révérence au géant de glace dans un bleu profond et glacial
– Mission to Pluto : Modèle dédié à la planète naine, en gris et bordeaux

Pour ma part, j’ai choisi la « Mission to the Moon ». J’ai en effet un petit souci avec la lune, grâce à Hergé et Tintin. Tintiniste, je ne pouvais que succomber à la tentation de la lune, tant Objectif Lune et On a marché sur la lune m’auront marqué.

On ouvre la boîte

A l’ouverture de la boîte, j’ai été très surpris. Surpris un peu en mal car pour moi qui suis habitué modèle plus clinquant, plus brillant, plus lourd et bien fini, cette montre s’est plutôt montrée cheap. Mais au second souffle, je me suis repris car il ne s’agit pas d’une Omega, d’une Tag Heuer ici. C’est une Swatch, le leader mondial de la montre plastique, et plastiques dérivés.

Du côté du boîtier, c’est donc de la biocéramique qui fait le job. Une matière nouvelle, créée uniquement utilisée par Swatch. D’un côté on a le plastique biosourcé provenant de l’huile de ricin, de l’autre de la poudre d’oxyde de zirconium, plus couramment nommé poudre de céramique. Ces deux éléments en font donc une matière nouvelle, au toucher plutôt doux et non froid, chose plutôt agréable quand on enfile sa montre au matin. J’attends de voir le long terme pour me rendre compte de la fragilité de ce nouveau plastique.

Surprise aussi au niveau du bracelet. Pas de cuir ou de métal ici mais bracelet NATO en velcro avec une simple boucle. Un choix très certainement fait pour limiter les coûts mais qui a toute crédibilité : l’Omega Speedmaster peut être elle aussi équipée d’un tel bracelet, dit Nato Velcro®. Pas de quoi être choqué ou offusqué ici, il s’agit juste d’une histoire de goût, même si personnellement j’ai trouvé ça un peu léger.

Même boitier et même aiguilles que la Speedmaster, cette Moonswatch a tout pour plaire, hormis peut-être un aspect trop plastique. Ce n’est définitivement pas une montre de luxe, non. C’est une montre détente, qui ne passera tout de même pas inaperçue. J’aime ces montres qui font la différence. On y retrouve tout de même une belle série de logos : tous les cadrans portent la marque OMEGA X SWATCH. Il est accompagné à gauche du cadran de l’authentique logo Speedmaster vu sur le modèle Omega qui a vu la lune avec Neil Armstrong, tandis qu’à droite, c’est le nouveau logo Moonswatch qu’on découvre. Sur le remontoir, le S et le symbole Omega se retrouve superposés. Sur le verre, très discret mais bien présent, c’est le S de Swatch qu’on retrouve au centre du verre.

Verre et lumière, il n’y a qu’un pas à faire et c’est le revêtement Super-LumiNova qu’on trouve sur les aiguilles de la montre, tout comme sur les marqueurs d’heure, avec une longévité de luminosité impressionnante. Non, je ne vous avouerai pas que je me suis réveillé en pleine nuit pour vérifier comment briller ma jolie montre…

Alors, oui ou non ?

Je dis oui, tout de suite. Tout d’abord car c’est une montre plutôt accessible, facile à porter et avec une histoire. Elle est la réplique officielle de la Moonwatch d’Omega, celle qui a vu la lune, et rien que pour cela, elle mérite de se retrouver à votre poignet ou dans notre boite à montres. Cette montre, disponible en bien des couleurs et des planètes, sera aussi une très bonne porte d’entrée pour ouvrir une collection. Avec son prix en boutique affiché à moins de 300€, elle permet à beaucoup de monde de pouvoir s’offrir un petit morceau d’histoire.

Avec cette montre, le groupe Swatch aura formidablement mis un coup de projecteur sur sa marque Omega, en faisant acheter une montre Swatch. Un coup de pub incroyable puisqu’à chaque fois qu’on regardera notre Moonswatch on sera dira qu’on devrait plutôt acheter une Moonwatch, et ainsi passer de Swatch à Omega. Malin ! Si la Speedmaster d’Omega vous intéresse, je vous conseille cette vidéo : La montre qui a marché sur la lune: Omega SpeedMaster 2021.

A la bonne heure,
Jean-Charles


Swatch x Omega Bioceramic Moonswatch Mission to the Moon, fiche technique

42mm de diamètre
Épaisseur de 13,25mm
Lug to lug de 47mm
Chronographe et tachymètre
Mouvement : Quartz
Étancheité : 3 Bar
Bracelet : NANO en VELCRO® sans fermoir mais une boucle.
Matière du boîtier : Bioceramic, huile de ricin et poudre de céramique
Référence chez Swatch : SO33M10
Lien direct : BIOCERAMIC MOONSWATCH MISSION TO THE MOON


Laisser un commentaire