Mon Paris-Roubaix Challenge 2022 avec l’équipe Papi Cycling, TissusPapi.com et Norauto

Un quatrième pavé vient d’arriver dans mon bureau. A la suite de chacun de mes Paris-Roubaix, c’est une habitude, un de trophées les plus connus du sport rejoint la série. C’est ainsi.

Cette année, nous remettions ça. Six amis partis sur les routes du Nord, à la rencontre des pavés qui ont fait le mythe de Paris-Roubaix. Benjamin H. et Thomas me suivaient de nouveau dans l’aventure. Fidèles, ils sont présents depuis le premier Paris-Roubaix de l’équipe Papi Cycling, en 2019. A eux, se joignaient trois petits nouveaux : Arthur, Olivier et Benjamin F.

L’équipe avait donc fière allure, rejointe en support technique par mon papa Jean-Philippe, son acolyte Jean-Luc et ma petite sœur Cécile. A eux trois, ils allaient gérer la mécanique, la logistique et l’approvisionnement de notre course. Barres énergétiques, bidons, gels mais aussi outillages, clés BTR, pompes et autres matériels : nos trois Saint-Bernard avaient tout à portée de main pour que notre course se déroule du mieux que possible. Ils étaient présents à chaque instant.

Ensemble, nous faisions belle équipe, portant belles couleurs. Pour cela, je ressortais une nouvelle version du maillot Sakura, aux fleurs bleues, notre identité. Cette année, les partenaires 2021 que sont le STAB, Made in Sicile, La Taverne et les Vêtements Gautier étaient rejoints par un partenaire important, notre soutien technique : Norauto. Ensemble nos deux maisons installées en métropole lilloise ont pris la route des pavés, dans un partenariat inédit, mêlant textile et technique, maison familiale et grande groupe nordiste. Je suis très fier de ce partenariat. Une belle preuve d’amitié, de passion sportive avec mon ami Jérôme. Salut à toi !

A cela, la météo avait joué la carte du ciel bleu. A l’opposé de notre Paris-Roubaix 2021 ! Un beau Bleu comme le Sakura de notre maillot. Alors qu’il y a six mois nous grelottions et glissions sur le moindre pavé boueux, cette fois c’est bien sur des pavés poussiéreux que nous avons pu rouler.

Certes, ces blocs de pierre qui ont fait l’histoire de Paris-Roubaix étaient toujours un peu glissant, mais rien à voir avec l’épisode automnal. Non, cette fois, nous pouvions réellement rouler plus vite sur les pavés, tracer sur les fins boyaux dessinés en bord de secteurs. Ceci étant, cela ne m’a pas empêché de m’envoler sans réelle explication sur le secteur de Camphin-en-Pévèle, de finir dans un champ, dans un fou rire avec les concurrents qui me suivaient.

Je dois le dire, j’ai pris, nous avons tous pris un grand plaisir sur les routes de ce Paris-Roubaix. La joie se lisait sur les visages et je suis vraiment heureux d’avoir mené ce projet à son terme, mêlant les partenaires, croisant familles et amis, faisant venir dans mon équipe quatre pilotes ou copilotes de rallye. Quelle joie de voir familles et amis à l’arrivée de la classique, quelle joie de voir deux acteurs de notre Paris-Roubaix 2021 être présents pour nous accueillir, Gauthier et Maxime. Quelle joie aussi de voir mes beaux-fils bien présents pour voir leur beau-père manquant résolument d’entraînement ! C’est pour des moments comme cela que j’organise des moments ainsi. Et je le dis, je prends autant de plaisir à organiser, à créer, qu’à rouler.

Ce Paris-Roubaix Challenge 2022 est maintenant terminé. Je vais pouvoir souffler un peu et réfléchir à 2023. Je ne sais pas encore si je remets le couvert, mais j’ai déjà reçu beaucoup de soutien. Mon papa me rejoindrait pour co-organiser avec moi l’évènement, Benjamin H. a de jolies idées, le duo infernal Arthur/Olive veut s’aventurer sur le 170 kilomètres et j’imagine bien Thomas les rejoindre. Gauthier et Mathieu m’ont l’air bien chauds pour intégrer de nouveau l’équipe, tout comme Benjamin F., pour qui ce fut le premier Paris-Roubaix, la première fois en vélo de course, et oui ! Enfin, deux nouveaux partenaires ont déjà répondu présents. Alors ? On y retourne ?

A très bientôt,
Jean-Charles

Laisser un commentaire