le WRC a-t-il rendez-vous au pays de l’or noir ?

Avec Mohammed Ben Sulayem à la tête de la FIA, le WRC a-t-il rendez-vous au pays de l’or noir ?

Ces dernières semaines, le vent a tourné du côté de la place de la Concorde. En effet, après douze années à la tête de la FIA, Jean Todt a tiré sa révérence, prenant retraite de la fédération. A sa place, a été élu Mohammed Ben Sulayem, premier président non européen. Son nom ne vous dit peut-être rien mais il est loin d’être un débutant en la matière : le sport automobile, il connaît, contrairement à ce que beaucoup disent.

Mohammed Ben Sulayem c’est par exemple 14 titres de Champion du Moyen-Orient des rallyes (1986, 1987, 1988, 1989, 1990, 1991,1994, 1996, 1997, 1998, 1999, 2000, 2001, 2002) et plus de 60 victoires remportées sur les rallyes du MERC, le Middle East Rally Championship, sur des rallyes tels que ceux de Dubaï, de Jordanie, du Qatar, d’Oman, des Émirats arabes unis, du Koweït, du Liban, de Bahreïn et de Syrie. En plus de 25 ans, Ben Sulayem aura marqué le Championnat MERC, championnat bien trop discret à mon goût, et qui mérite le détour par sa spécificité, ses terres, routes, pistes sablonneuses et dunes.

On se plaint souvent de ne voir que de rares expéditions hors d’Europe au sein du WRC. C’est vrai, d’autant que la crise sanitaire n’a aidé en rien. L’an prochain, le petit train du WRC partira sur les routes extra européennes du Kenya, de Nouvelle-Zélande, du Japon. Je croise les doigts que le Kenya redevienne le Safari d’une époque passée, que la Nouvelle-Zélande retrouve des secteurs chronométrés de la trempe de Whaanga Coast, et que le Japon revienne enfin sur le devant de la scène, avec un rallye asphalte cette fois.

Trois manches, cela fait léger pour un championnat du monde je trouve, et ouvrir les portes à d’autres manches hors-Europe serait une bonne chose. Si on peut décrier l’organisation de la coupe du monde de football 2022 au Qatar par exemple, qui n’a aucune légitimité sportive, une manche du WRC aurait tout à fait sa place au Moyen-Orient. Au Qatar ou ailleurs, avec une histoire et un intérêt sportif. Le rallye de Jordanie, illustré ci-dessous par exemple, se court depuis depuis des décennies.

Saeed Al-Hajri & John Spiller, Rally Jordan 1985

Un Rallye du Liban serait fantastique, disputé sur l’asphalte poussiéreux, mais une crise profonde englue tristement le pays. Un retour du Rallye de Jordanie créerait un peu d’exotisme dans un WRC, un rallye du Qatar serait tout à fait possible vu l’investissement de Nasser Al-Attiyah. Et pourquoi pas Chypre, rallye du MERC aussi, mais sans grand intérêt alors que l’Acropole tient le haut du pavé… cassant. De plus, le Moyen-Orient n’est au final pas très éloigné de l’Europe et permettrait un accès logistique plus facile aux équipes européennes Ford, Toyota, et Hyundai, ainsi qu’à toutes les équipes privées qui font le caravane du WRC.

Pour 2023 ou 2024, peut-être verrions-nous enfin une manche du WRC disputée au Moyen-Orient. La F1 a fait la trace, le WEC a suivi, il ne manque que le WRC. Le Rallye de Jordanie fut une belle épreuve, disputée en 2008, 2010 et 2011, avec les victoires de Loeb, Hirvonen et Ogier. Voyez, le WRC a sa place là-bas et les fonds ne manquent pas. C’est le moment de marcher sur la dune.

Avec ici à l’image le Team Daunat, le rallye du Maroc est devenu un monument du rallye historique.

Et le Maroc ?

Vous me direz que le Maroc n’est pas au Moyen-Orient, je vous le confirme, mais un Rallye du Maroc aurait aussi sa place en WRC. A en voir le succès du Rallye historique du Maroc, je me demande ce qu’attend le Royaume du Maroc pour ouvrir ses portes à un rallye international. Le WTCC et WTCR y sont passés aussi. Le WRC au Maroc, voilà chose qui aurait du poids, de l’histoire, avec un parcours presque déjà tracé, utilisé par la manche historique, et un passage opéré par le WRC en 1973, 1975 et 1976. Le rallye moderne pourrait même aller tutoyer les dunes, dans une collaboration avec le Rallye du Maroc, manche de rally-raid, qui vient d’intégrer le tout nouveau FIA World Rally-Raid Championship ou W2RC. Sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohamed VI, entre pistes et dunes, avec des passages possibles le long de l’Atlantique, en imagine la carte postale…

Quelqu’un a le mail de Mohammed ? J’ai un truc à lui envoyer.

Le WRC entre dans une nouvelle ère. Une ère hybride et une ère Mohammed Ben Sulayem. Yves Matton vient tout juste de quitter la FIA et son poste de directeur Rallyes. Qui le remplacera ? Peut-être Jérôme Roussel, qu’on a vu jusque maintenant en charge des « régions rallyes », soit le découpage du monde en championnats de zones : l’Europe, le MERC, Afrique, Codasur etc.

Entre deux, le promoteur du WRC est devenu aussi celui de l’ERC et la F1 a vu son premier Grand-prix en Arabie Saoudite il y a quelques semaines. Voyez, tout bouge. Et si Mohammed Ben Sulayem faisait lui aussi bouger les choses ? Si quelqu’un a le mail de Mohammed, j’ai un papier à lui envoyer.

A lire aussi

Les manches extra-européennes depuis 5 ans en WRC

2018 : Argentine, Australie.
2019 : Mexique, Argentine, Chili, Australie.
2020 : Mexique. Prévu : Chili, Argentine, Nouvelle-Zélande, Japon, manches annulées.
2021 : Kenya. Prévu : Chili, Japon, annulé.
2022 : Kenya, Nouvelle-Zélande, Japon.

Les rallyes hors Europe chez JUWRA

https://www.juwra.com/australia.html
https://www.juwra.com/argentina.html
https://www.juwra.com/chile.html
https://www.juwra.com/china.html
https://www.juwra.com/indonesia.html
https://www.juwra.com/ivory_coast.html
https://www.juwra.com/japan.html
https://www.juwra.com/jordan.html
https://www.juwra.com/mexico.html
https://www.juwra.com/morocco.html
https://www.juwra.com/safari.html
https://www.juwra.com/usa_olympus.html

Laisser un commentaire