Milano et l’emblématique station service AGIP de la Piazzale Accursio

Milan est une ville assez surprenante. Elle est sans doute une des villes les plus occidentales, les plus cosmopolites et européennes d’Italie, parfois plus proches des grandes cités telles que Paris, Londres ou Berlin que de Roma ou Napoli. Elle est l’une des plus grandes villes au nord de la botte il faut dire. Là, dans un décor mêlant œuvres monumentales (le Duomo,la galerie Vittorio Emanuele II) et une architecture moderne telle que celle vue dans le quartier de la Piazza Gae Aulenti, tout se croise et s’entrecroise, sans pour autant trouver un charme fou d’une cité de l’Italie du Sud, telle que Napoli par exemple.

Par son statut de capitale mondiale du design, du luxe et de la mode, l’innovation architecturale a toujours été présente à Milan et je tenais à revenir sur la Piazzale Accursio, une des plus emblématiques places de la capitale de la région Lombardie, où trône une station service peu commune.

Un garage monumental entre la Via Certosa et la Viale Carlo Espinasse

La Piazzale Accursio est située à cheval entre les quartiers de Cagnola et Portello, au carrefour des Via Certosa et la Viale Carlo Espinasse, d’où sort d’ailleurs un antique tram jaune. Sur cette intersection, bien situé car à l’entrée des grandes autoroutes du Nord, trône un bâtiment aux allures d’avions ou de bateaux, tel un paquebot aux formes étirées : la station service « AGIP Piazzale Accursio ».

Conçue par l’architecte Mario Bacciochi, cette station service peu ordinaire se présente tel un paquebot, oui, aux formes et allonges aérodynamiques. Destinée à devenir un symbole de l’architecture milanaise moderne, cette station service un peu spéciale est construite entre 1952 et 1953 et inaugurée en cette même année. Elle fait partie du grand projet architectural lancé par le pétrolier national Agip pour ses stations service. Une vague de 13 stations conçues par l’architecte Mario Bacciochi, bouleversant les habitudes du commerce d’alors, mettant l’architecture et le service client au premier rang.

A elle seule, au cœur de Milan, la « stazione di servizio Agip Piazzale Accursio » résume toute l’ambiance des années 50, dans l’après-guerre, d’un pays détruit qui renait -lentement- de ses cendres, un peu influencé par la mode américaine. On imagine les Fiat Topolino, les Vespa qui grouillent, les voitures américaines aux pneumatiques à flancs blancs, sous son préau en béton armé.

Au sein de ce lieu hors du commun, nous retrouvions alors une une station service Agip, une boutique, une garage « servizio » avec salle d’attente ainsi qu’un centre de lavage, avec des bureaux à l’étage et l’hébergement de la direction. A l’intérieur, la petite boutique présentait un comptoir, sur lesquels bien des clients, attendant que le plein de la voiture soit fait, commandaient leur café, d’un simple « un caffè per favore ».

Sur les photos d’époque, on notera « Supercortemaggiore » sur le toit de la station. Il s’agissait de l’essence alors commercialisée par l’entreprise italienne. Une essence exceptionnelle selon la réclame de l’époque et dont le nom provient de Cortemaggiore, cité du nord de l’Italie sur laquelle un champ pétrolifère avait été détectée en 1949, et qui n’eut d’ailleurs pas tous les espoirs escomptés.

Décadence et renaissance

Au milieu des années 80, la station tombe en désuétude et ferme. Seule reste ouverte une petite partie du garage, où est installé un vendeur de pneumatiques (qu’on appelle un « gommista » en italien). C’est en 2014 que sa vie reprend, quand le projet « Riformare Milano » ou « Réformer Milan » est mis en place, avec l’objectif de remettre en service les nombreux bâtiments à l’abandon de Milan. La station est alors une des pièces maîtresses du projet urbain et Lapo Elkann entre alors en jeu, lançant son projet de Garage Italia Milano (dont l’histoire est à lire ici !).

Entre 2015 et 2017, la restauration est confiée à l’architecte issu du groupe Memphis Michele De Lucchi. Le Garage Italia sort de terre ou presque, sur les vestiges de l’emblématique station essence de la Piazzale Accursio. Une véritable renaissance d’un lieu encore et toujours dédié à l’automobile.

Aujourd’hui, cette station est donc devenue un concept-store, un tiers-lieu mêlant atelier, garage, restaurant, café. Mais ça, c’est une toute autre histoire, qui continue, près de 60 ans après la construction de ce monument de l’architecture italienne.

Les photos de la station avant sa transformation sont, elles, sublimes. On se rend compte de l’ambiance qu’il pouvait régner en ses murs. On se dit, en voyant cela, que c’est un crime de lèse majesté d’avoir détruit tout cela, qu’on a perdu toute trace intérieure de cet incroyable immeuble. Mais, tout cet aménagement n’a-t-il pas permis de conserver cette station service, ce garage, cette pièce de l’architecture italienne ? Sans Lapo Elkann et son projet fou, sans doute les promoteurs immobiliers s’en seraient chargés autrement, à coups de bulldozer.

La suite de l’histoire est à découvrir ici : Quand la station service des années 50 devint le Garage Italia Milano de Lapo Elkann

Bon voyage,
Jean-Charles

La station station service AGIP de la Piazzale Accursio avant les travaux

Années 50, c’est l’après-guerre et l’Italie revit, les néons sont de sortie, on imagine les Vespa grouillant…

A lire aussi :

https://blog.urbanfile.org/2016/08/22/milano-cagnola-il-cantiere-dellex-stazione-agip-di-piazzale-accursio/

https://www.lombardiabeniculturali.it/architetture/schede/3m080-00076/

Un commentaire

Laisser un commentaire