Fantasme : Lamborghini Miura Lm 400, 24 heures du Mans 1970 – Federico Ciuffolini & Mihai Tarus

Le sport automobile a toujours fait fantasmer et fera toujours fantasmer. Nous rêvons, nous rêverons toujours. Chacun à sa façon, nous imaginons, écrivons, créons un sport automobile imaginaire, réfléchissons au futur et recréons des courses passées. Au jeu de la 3D historique, c’est cette fois Federico Ciuffolini qui tire le pompon du manège. Récit.

LAMBORGHINI AUX 24 HEURES DU MANS

À la fin 1969, 3 ans après le début de la production de la Miura, Ferruccio Lamborghini estime qu’il est l’heure d’entrer dans l’arène des 24 heures du Mans. Pour cela, deux Lamborghini Miura sont préparées pour disputer cette course iconique. Mais par la situation de son entreprise, l’entrepreneur italien sait qu’il aura besoin d’être épaulé par un sponsor. Pour cela, Cynar, vermouth italien venu concurrencer Martini, arrive à la rescousse de la marque Lamborghini. Dans l’objectif : détrôner l’emblématique équipe Lancia, elle aussi sponsorisée par un vermouth : Martini.

Développer une voiture capable de disputer une compétition longue comme les 24 heures du Mans s’est avéré être une tâche plus difficile que prévue. La fiabilité insatisfaisante du moteur, historiquement sujette aux incendies de carburateur, faisant passer le projet à la saison suivante.

Mais à l’insu de Lamborghini, Le Mans allait annoncer qu’à partir de 1972, les moteurs seraient limités à 3 litres de cylindrée; un chiffre bien éloigné des 4 litres de cylindrée du V12 crée par l’ingénieur Bizzarrini. Devant ce choix, Ferruccio Lamborghini jette l’éponge, concluant qu’il ne pouvait pas investir de nouvelles ressources dans le développement d’un nouveau moteur… et les deux prototypes de Miura ne virent jamais Le Mans…

Les -virtuels- pilotes Ghirri et Järvens devaient prendre le volant de la bête lors du Mans 1973. Il n’en sera rien.

LE DUO CIUFFOLINI & TARUS

Tout cela n’est pas sans rappeler le dimanche 13 mai 1973, lors de la Targa Florio, lorsque le son envoutant de la Lamborghini Miura P400 Jota déchirait la campagne, entre le mythe et l’utopie (lire). Logique, la base de cette Miura 3D fut créée par Mihai Tarus, le créateur de cette Miura P400 Jota 3D. Nous assistons ici à la première collaboration entre les deux créateurs, entre Milan et Modène…

Ce travail croisé est vraiment de haute qualité. Le rendu 3D créé par Mihai Tarus est véritablement fidèle à l’original et la robe Cynar, dans une ambiance très Seventies est lui véritablement parfait, avec une livrée qu’on aurait pu croiser lors des 24 Heures du Mans 1973. Pour pousser le bouchon vraiment loin dans la réalité du fantasme, Federico Ciuffolini a réalisé une fausse publicité qu’on aurait pu tout à fait trouver à l’époque, dans les rues de Naples ou la campagne sicilienne…

Ça sent l’Italie jusqu’ici, entre la Targa Florio et les usines d’Alfa Romeo… et on se demande toujours qui peut boire du vermouth à l’artichaut. Et vivement l’aperitivo.

Bonne journée chez vous,
Jean-Charles

EN IMAGES

A LIRE AUSSI

Les 24 Heures du Mans et Lamborghini
https://www.24h-lemans.com/fr/actualites/les-24-heures-du-mans-et-lamborghini-partie-1-18112

Laisser un commentaire