POGGIO ! (comune di Sanremo)(La Bordure)

Le cyclisme est sans doute le sport le plus populaire qui soit. L’un de seuls sports où chacun peut s’imaginer être un champion. Car qu’y-a-t-il de plus simple que de prendre un vélo ? Ne dit-on pas que « c’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas » ? Le vélo a cette force. Tu prends ton vélo, tu pédales, les sensations sont incroyables et tu te prends pour un champion. Alaphilippe, c’est toi. Merckx ton père. Tom Boonen ton frère et Jeannie Longo ta mère.

Et ce document exceptionnelle réalisé par LA BORDURE témoigne bien de cela. En 20 minutes, La Bordure rencontre le public. Le club supporter, le local, le riverain, le cycliste passionné qui a fait plus de Milan-Sanremo qu’Eddy Merckx lui même, le cycliste qui vient tous les ans au même endroit, le public avec la télé en bord de route ou encore les clients d’un troquet typiquement italien. Sublime. Tout ce que j’aime.

2020, Julian Alaphilippe, vainqueur de Milano-Sanremo 2019 attaque à Poggio. Wout Van Aert remportera cette année là « la Primavera » (la Classique Printanière) ou « La Classicissima » (la Classique des classiques). Photo POOL BETTINI/LaPresse.

Au village de Poggio, ou plutôt au hameau de Poggio, les jeux se font. Elle est la dernière difficulté de Milan-Sanremo, avant l’arrivée dans la cité bercée par la Méditerranée. Pour arriver à Poggio di San Remo, la route serpente à 8%. 8% quand il ne reste que 6 kilomètres avant la liberté, le sprint, la victoire. Ou la défaite.

Milan-Sanremo, c’est samedi. En attendant, installez vous bien, prenez un petit verre, Campari ou San Pellegrino, vous choisirez, car POGGIO ne dure que 20 minutes. 20 minutes de petit bonheur.

Cet amour pour les classiques de printemps…
Jean-Charles

POGGIO ! (comune di Sanremo)(La Bordure)

Milan-Sanremo 2021

Laisser un commentaire