Volkswagen LT : le saint-Bernard des Audi quattro Groupe B

Lorsqu’on voit un rallye, on ne voit que l’instant présent. Une voiture de course passant furtivement devant nous, dans une position pas vraiment prévue au manuel, en glisse des quatre fers par exemple. Autre chance, elle pourra être rivées au sol comme une moule pourrait l’être à son bouchot. Deux écoles.

On oublie souvent toute la logistique mise en place pour arriver à cela. Les camions, les voitures de course, les voitures suiveuses, les remorques plateaux, les bus. Les hommes, les femmes, les heures passées à l’atelier avec l’espoir de finir le montage à temps, le devoir de faire partir cette caravane bariolée à l’heure, d’arriver à temps au rallye afin de pouvoir s’installer correctement, de faire quelques finitions sur la voiture, de poser les plaques et panneaux de porte, d’être à l’heure aux vérifications administratives et techniques. C’est tout ça un rallye, une course dans la course, passionnée et passionnante.

1985 : l’Audi quattro du team HB lors du Rallye Monte-Carlo

Dans les années 70-80, Audi est sportivement et technologiquement au mieux de sa forme, sortant de son sommeil. Afin de mettre en avant sa technologie maison quattro, la marque d’Ingolstadt engage donc ses coupés en rallyes, dès fin des années 70, puis début 80 en Championnat du Monde des Rallyes WRC.

Dans ce WRC circus, ce sont parfois pas moins de quatre Audi blanche et jaune qui sont engagées, sous les couleurs du team HB Audi Team, reprenant le nom du cigarettier HB.

Les Audi sont alors les phénomènes sur les compétitions où elles sont engagées, leurs quatre roues motrices font des malheurs. Ne serait-ce que sur le rallye Monte-Carlo 1984, l’équipe allemande classe trois Audi quattro A2 aux trois premières places du rallye, avec des pilotes de la trempe de Walter Rohrl, Stig Blomqvist et Hannu Mikkola. Audi Sport est alors ultra organisée, avec des personnels professionnels et un matériel à toutes épreuves, sur le devant de la scène comme en arrière boutique.

Pour preuve, cet ensemble fantastique refabriqué dernièrement par Audi Tradition. On y voit un des Volkswagen LT de l’équipe HB, accouplé à sa remorque plateau, sur laquelle on retrouve une des fantastiques Audi quattro groupe B. Un véritable travail d’orfèvres, une reproduction fidèle et authentique. Un sacré travail.

Audi n’ayant pas de véhicules utilitaires dans sa gamme, c’est Volkswagen Utilitaires qui fournit alors les camions et camionnettes adaptées. Pas grave, ça restait dans le groupe et ce, bien avant le groupe B, quoi qu’en dise le titre de cet article.

Bad Hombourg, une des villes départ du rallye Monte-Carlo, d’où sont parties les Audi.
Tout, comme en 84 ou 85 ! Avec l’étau accessible depuis l’extérieur et la galerie de toit, où on chargeait les pneumatiques Michelin.

On peut voir ici que la reproduction est fidèle… Rien n’a été oublié, chaque sticker est en place, les couleurs sont les bonnes et même la remorque plateau est présente dans la reproduction. On tutoie ici un summum de reproduction à l’identique.

Et ici, tout, en 1986, lors des essais pré-Rallye Monte-Carlo.

Et c’est même Otto Model qui mettait en avant en 2000 ce formidable ensemble. Disponible alors en 1/18, il est aujourd’hui en rupture de stock. DAMNED!

Ce n’est pas la première fois qu’Audi met en avant son attirail de la grande époque. Début 2019, Audi Club North America révélait un Volkswagen Doka T3 de 1984, lui aussi aux couleurs Audi Sport, dans les nuances de la marque, à base de blanc, rouge, gris et noir cette fois, des couleurs retrouvées suite aux programmes HB.

Audi sans outil adapté dans sa gamme, c’est VW qui se chargeait de fournit les véhicules utilitaires.

Tout cela n’est pas sans rappeler lorsque que Mercedes recréait de toutes pièces son Renntransporter, fantastique camion imaginé pour transporter les Flèches d’argent dans les années 50. Il est actuellement au Musée Mercedes-Benz de Stuttgart. Parmi les véhicules encore en route, Renault eut des Saviem aux couleurs Gordini, ainsi que des Estafette du service compétition Renault. De là à savoir où ces trésors sont passés… Chez Renault Classic peut-être ?

Audi a en tout cas un ensemble de prestige ici. Tout sent bon, certes la nostalgie, mais aussi et surtout l’authenticité. Bravo.

Bonne journée chez vous,
Jean-Charles

Une réponse sur “Volkswagen LT : le saint-Bernard des Audi quattro Groupe B”

  1. Encore un article qui sent bon la passion….
    Merci J Charles de nous faire revivre quelques instants les rallyes aux assistances « routières ».
    A bientot de te lire.

Laisser un commentaire