Les pavés de Paris-Roubaix, par Mahjoub Ben Bella

Mahjoub Ben Bella était-il un précurseur du street-art ?

La réponse est quasi automatique : oui. Dans sa façon d’investir les lieux insolites, Mahjoub Ben Bella a amené l’art au plus proche des gens, dans les villes, sur les murs et sur les routes. Il fut donc un street-artiste avant l’heure, il y a bientôt 40 ans.

En 1986, il se lance dans un projet fou : peindre 12 kilomètres de routes pavées, sur le tracé de Paris-Roubaix. Cette œuvre gigantesque marque les esprits et sort l’art dans la rue, à une époque où l’art est encore cloisonné aux musées. L’Envers du Nord est né, un clin d’œil direct à l’Enfer du Nord, surnom de la classique roubaisienne.

« Quand vous êtes dans un musée on vous dit de ne pas parler trop fort parce que les peintures vont s’abimer, et là c’est une œuvre d’art sur laquelle on marche, on roule et on crache dessus aussi pourquoi pas, » déclare-t-il à la Voix du Nord à l’époque.

Mahjoub Ben Bella, qui s’est éteint le 11 juin dernier, était sans aucun doute un précurseur.

Bonne route Mahjoub,
Jean-Charles

 

 

2 réponses sur “Les pavés de Paris-Roubaix, par Mahjoub Ben Bella”

Laisser un commentaire