A Goodwood, en Ferrari 365 GTB4 Charles Pozzi, celle du Mans 1972. Historique.

Ferrari Daytona 365 GTB4 Competizione à Goodwood… sur Gran Turismo.

Certaines voitures de course nous font frissonner. Certaines livrées nous font frissonner. Cette fois, c’est un trio auto / histo / déco que je vous partage ici.

Dès son arrivée sur le territoire français, la belle Italienne est engagée aux 24 heures du Mans 1972, portant le numéro 39. Elle se classe à la cinquième place générale et elle y remporte la classe GT, devant quatre autres Ferrari 365 GTB/4 des teams les plus marquants de l’époque.

En effet, de la 6ème à la 9ème place, on retrouvera NART, North American Racing Team, créée par l’importateur Ferrari  USA Luigi Chinetti, (6e et 9e), la Scuderia Filipinetti et l’Ecurie Francorchamps. On a déjà vu pire comme engagement…

Toute une époque…

C’est l’importateur français Charles Pozzi qui sera la cheville ouvrière de cette participation. Proche d’Enzo Ferrari, il commande cette Daytona avec l’objectif de briller au Mans, chose que Jean-Claude Andruet et Claude Ballot-Lena feront de mains de maître. Puis suite au Mans, c’est le Tour de France Automobile qui a lieu en septembre. Notre chère Ferrari monte sur la première place, avec Jean-Claude Andruet au volant, et ‘Biche’ à se droite.

Plus tard, lors des 1000 kilomètres de Paris disputés sur l’Autodrome de Linas-Montlhéry, c’est à la dixième place du général et quatrième du GT que se classe la Ferrari bleue blanche et rouge, avec comme au Mans, le duo Andruet et Ballot-Lena.

1973, « châssis #15667 » change de livrée et retourne au Mans. Elle s’y classe 3ème du GT, la première place étant revenue à sa voiture sœur, elle aussi engagée par Pozzi, portant la même livrée Thomson rouge et blanche. C’est avec le duo Dolhem /Serpaggi qu’elle est alors emmenée.

Papiers s’il vous plait !

Vient alors un nouveau propriétaire, Guy Domet, qui roule un peu et la Belle s’endort… pour ressortir 20 ans plus tard, au début des années 90, aux mains de François Domet, sans doute le fils. Parce que je sais pas si t’as vu mais ils sont le même nom. Vendue à Carlos Monteverde, richissime collectionneur, on reverra la Ferrari sur de nombreuses courses historiques jusqu’à l’une de ses sortie les plus remarquées, lors du Goodwood Festival of Speed 2019. Et sur Gran Turismo, la boucle était bouclée après mes quelques tours d’hier…

Cette livrée authentique est à découvrir ici, chez Gran Turismo.
J’attirerais aussi volontiers votre regard vers une autre livrée tout aussi mythique, la Thomson rouge et blanche du Mans 1973 dont je parlais plus haut. Et si le circuit de Goodwood vous intéresse et que vous parler anglais, je vous propose cet excellent article du site Greystone GT.  L’ensemble de ce circuit y est décrit, virage par virage. Voilà de quoi apprendre où placer les roues.

Have fun,
Jean-Charles

En toute glisse, en Ferrari.
Hier comme aujourd’hui, Goodwood reste Goodwood, historique.
Prêt pour un Goodwood Revival ? En Daytona !

Une réponse sur “A Goodwood, en Ferrari 365 GTB4 Charles Pozzi, celle du Mans 1972. Historique.”

Laisser un commentaire